Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Bouquins’ Category

En parfaite harmonie avec la tempête de neige qui a soufflé sur le Jura tout le w-e, je me suis plongée dans un livre de Nicolas Vanier
.
C’est un aventurier français qui explore le grand Nord (Alaska, Canada, Sibérie, Laponie…) depuis les années 80, amoureux fou de la nature et de ses chiens de traîneau, avec lesquels il a parcouru des milliers de km.

En plus de ses compétences d’explorateur, il a le don de conter ses aventures réelles ou d’en inventer ainsi que de les mettre en images.

C’est ainsi que je l’ai découvert à travers son film « le dernier trappeur« .
J’ai été profondément remuée par ces paysages superbes et ce mode de vie où l’homme s’intègre totalement à son milieu, sans artifices.

Ca a bien fait résonner la fibre en moi, qui est totalement amoureuse de notre Terre et de son incroyable beauté…

Par la suite, j’ai fais connaissance avec l’auteur, en lisant « Le chant du Grand Nord« , une fiction en deux tomes qui m’a scotchée!
Un pur bonheur issu de l’adroit mélange entre la fiction et la capacité de Nicolas Vanier de nous faire pénétrer dans son univers, à travers la description des difficultés et des merveilles de ce mode de vie.

J’avais acheté en même temps « L’Odyssée blanche« , récit de sa traversée avec son équipe du Grand Nord canadien, soit 8600 km en traîneau à chiens pour rallier les océans Pacifique et Atlantique.
Acheté mais laissé sur une étagère, par crainte de moins apprécier ce compte-rendu qu’un roman.

Ce w-e, propice à la lecture au coin du feu me l’a fait retrouver, et hop sitôt commencé, aussitôt dévoré et déjà fini…

Encore une fois j’ai replongé avec bonheur dans cet univers de neige, tantôt paradis, tantôt enfer, tellement bien décrit, à travers les yeux et le coeur d’un passionné.

Si Nicolas Vanier partage ses voyages et ses expériences avec nous, c’est aussi pour nous sensibiliser davantage au besoin urgent de protéger notre planète.

« Il ne s’agit pas d’être alarmiste mais bien de passer par l’émerveillement pour tirer une sonnette d’alarme… C’est en faisant rêver que l’on peut alerter les consciences. »

« Il faut parler au coeur pour que la tête entende » dit-il avec la poésie qui le caractérise.

Read Full Post »

Parmi mes lectures de ces derniers temps, se trouve le livre d’Isabelle Cani: « Harry Potter ou l’anti-Peter Pan, pour en finir avec la magie de l’enfance. »

Ce livre m’a tout de suite tentée parce qu’en règle générale, j’adore ce qui permet d’aller au-delà de la surface pour donner du sens.
Découvrir le message caché des symboles, le chercher en tout cas 😉

Dans ce même ordre d’idées, j’ai dévoré x bouquins parlant de décodage biologique, psychogénéalogie et autres secrets de famille. J’avais aussi adoré le bouquin de Marie-Louise Von Franz, proche collaboratrice de Jung
« L’interprétation des contes de fée ».

Mais bon je m’égare…revenons à Harry Potter 😉

Isabelle Cani s’interroge sur les raisons d’un tel succès qui non content de toucher les enfants et les ados a passionné de nombreux adultes…à une échelle mondiale.

D’après elle, c’est l’indice que Rowling a su exprimer à travers son héros un message qui nous parle à tous, de nous en particulier et de notre société occidentale.

La question fondamentale en jeu est de DEVENIR ADULTE ou rester enfant voire ado…

Peter Pan serait le le mythe du rêve de l’enfance éternelle, magique et heureuse, comparée au monde des adultes terne et plein de pesantes contraintes.
Son auteur, Bari aurait déjà pressenti et dénoncé à sa manière il y a un siècle, cette tentation de fuir « l’adultitude » en se réfugiant dans l’enfance, avec pour seul but de s’amuser. Par la suite, Dan Kiley, un psychologue a même nommé « syndrome de Peter Pan » la difficulté de certains hommes à grandir et assumer leurs responsabilités.

Et effectivement, la société toute entière s’est mise à dériver dans cette direction, mettant de plus en plus en avant la pure satisfaction des désirs et pulsions dans un paysage médiatique branché fun, consommation, et apparence.
Depuis, ça n’a fait qu’empirer, les enfants sont devenus un public cible très intéressant, qu’on stimule dès le plus jeune âge à vouloir acheter et consommer sans limites.

Le message transmis à tous est « soyez jeunes et faites-vous plaisir sans limites! »

Dès lors vieillir n’est plus synonyme de maturité ou de sagesse mais juste de décrépitude…

Pas très tentant comme modèle…alors les « adultes » s’accrochent à leur jeunesse et les jeunes ne veulent pas devenir adultes!

C’est là qu’Isabelle Cani voit en Harry Potter un message pédagogique subtil qui tout en nous emmenant au pays heureux de la magie et de l’enfance nous entraine peu à peu au fil de ses 7 volumes vers un art de grandir.

Harry traverse bien des épreuves, il murit à travers combats, victoires et deuils. En acceptant de tuer la part infantile qui l’habite, en tant que horcruxe de Voldemort (Voldemort représentant le faux adulte, qui n’a pas su grandir et est devenu avec le temps le jouet de ses propres pulsions infantiles) au péril de sa propre vie et hors de toute pratique magique (monde de l’enfance), il se libère de sa propre enfance et tel le papillon, déploie ses ailes pour construire sa vie d’homme.

L’épilogue le confirme, Harry âgé de 37 ans, marié, père de famille et venu à la gare en voiture pour accompagner ses enfants qui partent à leur tour pour Poudlard.
Le jeune héros est devenu un homme, un adulte qui a su grandir et devenir à son tour un père et un repère pour ses enfants.

Isabelle Cani décrit avec finesse les étapes de cette croissance où il s’agit d’après elle d’avoir « le courage de soulever tous les voiles sans s’arrêter en chemin, quoi qu’on puisse trouver derrière; la volonté de se remettre en cause et, chaque fois qu’on cède à une émotion mauvaise conseillère, d’essayer de réparer ensuite ce qui peut l’être; la capacité…de refuser fermement toutes les conceptions du monde et toutes les idéologies qui consistent à dire d’une manière ou d’une autre que le bien est chez nous et le mal chez les autres. »

Une belle réflexion sur un sujet qui nous touche tous à un niveau personnel (chacun doit parcourir ce chemin de transformation difficile et passionnant) et aussi plus globalement au niveau de notre société.

Pour que les adultes trouvent leur équilibre et qu’ils puissent être des modèles qui tiennent la route et fassent envie aux enfants et ados.

Quel challenge! exigeant mais tellement motivant!

Read Full Post »

Harry Potter

Ce soir on est allés voir le dernier « Harry Potter » dans un petit ciné charmant à l’ancienne, parquet de bois et tentures rouges 😉

C’est marrant, au départ j’ai eu de la peine avec « Harry »; je venais de finir la lecture du seigneur des anneaux, j’avais adoré et quand j’ai ouvert le premier tome de Mr Potter, sur les exhortations de mon entourage « tu verras, c’est génial », j’ai refermé le livre après 2 pages. Non vraiment le style ne m’accrochait pas…

Et puis, j’ai quand même été voir le premier film et trouvé sympa, lu le livre du coup et l’envoutement de Rowling a commencé à agir… et comme tant d’autres, me suis mise à lire tous les livres dès qu’ils sortent et regarder les films après…

Au final, je l’aime bien ce Harry, lui, ses amis et ses aventures…

Cette fois, je ne me suis pas précipitée au ciné, j’avais été un peu échaudée par le dernier film, long et sombre, tant dans l’histoire que les décors et la critique n’est pas excellente, reprochant au réalisateur d’avoir axé le film uniquement sur les éléments noirs du roman.
Alors bon, on voulait quand même voir le film et ça a été ce soir.

Une vraie jolie surprise: les critiques n’ont pas dû voir le même film 😉 les forces du mal se rassemblent mais en face émerge un groupe solidaire, fort de ses valeurs et de l’amitié entre ses membres.

Un joli conte pour la petite fille que j’ai été et qui vis toujours en moi 🙂 !!!

Read Full Post »

Je viens de lire un livre de Kathleen McGowan « Marie Madeleine, le livre de l’Elue ».
Le récit nous emmène dans un ballet entre notre époque et celle de Jésus, revisitant l’histoire de Marie Madeleine.
On y découvre une femme pleine d’amour et de générosité, très loin de la prostituée qu’on nous présente souvent.
C’est un roman qui m’a touchée et fait chaud au coeur! L’ image de la femme y est très belle, pleine de compassion et de force aussi.
Je ne suis pas croyante au sens religieux du terme mais j’apprécie grandement d’envisager que l’histoire chrétienne, si importante dans notre culture, fasse une place plus équilibrée à la femme.

Read Full Post »