Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Communication’ Category

Après mes études en sciences humaines, j’ai eu à coeur de toujours continuer à me former en suivant des cours ou en autodidacte à travers des lectures et des expériences personnelles. C’est un besoin et un plaisir pour moi d’apprendre.

Ca m’a permis de découvrir la communication NonViolente (CNV), une approche de communication basée sur le respect de ses propres besoins et de ceux des autres, dans un contexte d’ouverture du coeur et d’authenticité.

C’est Marshall Rosenberg qui en est l’auteur et qui diffuse cette approche à travers des conférences, formations et livres: « les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs): introduction à la communication non violente ».

J’ai eu l’occasion de suivre des séminaires et d’assister à des conférences données par une de ses premières « élèves » Anne Bourrit et j’ai été profondément touchée par la manière dont elle incarnait ce dont elle parlait, à savoir authenticité, écoute profonde de l’autre et empathie. Un vrai bonheur 🙂

Mon but n’est pas de présenter maintenant la CNV et toutes ses subtilités mais juste d’exposer le processus en quelques traits qui m’ont particulièrement éclairée:
On apprend à distinguer les faits (avec un maximum d’objectivité), les sentiments et les besoins pour pouvoir accéder à des demandes concrètes qui répondent à l’essentiel.
Cette notion de besoin est très riche et pas si évidente car les besoins sont la part profonde et souvent inconsciente de nos motivations et on les confond facilement avec nos envies, qui elles sont le moyen que nous avons trouvé pour répondre au besoin.
Pour moi, cet aspect est fondamental et m’a donné tout un espace de créativité et de liberté pour mieux répondre à mes besoins et dans la relation trouver des solutions pratiques qui répondent aux besoins de chacun même si les envies à la base semblaient contradictoires.

Concrètement:
Je désire aller au restau avec mon mari et lui, fatigué, n’a pas envie de sortir.
Cela peut déboucher sur de la frustration, de la déception voire une dispute si chacun « campe » sur son désir du moment.
C’est-là que ça devient intéressant d’aller plus loin, à la rencontre des besoins cachés sous ces désirs.
Si mon désir d’aller au restau est la manière que j’ai trouvé de passer un moment de détente (pas de souper à préparer) et d’intimité avec mon mari et que son désir de rester à la maison est sa façon de répondre à son besoin de repos et d’intimité avec moi, nous avons des envies différentes qui visent à satisfaire des besoins similaires.
Nous pouvons alors sur cette base de besoins communs, chercher une réponse qui nous convienne à tous deux: ça pourrait devenir: rester à la maison et commander des pizzas…pour partager un moment ensemble sans souci de cuisine…
ou tout autre idée qui nous viendrait et nous conviendrait à tous les deux…

C’est la base du compromis ou de la négociation, mais je sais que pour beaucoup un compromis est toujours un peu frustrant parce qu’on doit lâcher quelque chose. La force de la CNV est de nous relier à l’essentiel en nous et en l’autre pour aller au-delà des envies, qui n’étaient qu’une des réponses possibles au besoin sous-jacent.
Quand le besoin est pris en compte, l’apaisement se profile déjà et j’ai beaucoup plus de marge pour être inventive et trouver des solutions vraiment satisfaisantes pour moi et pour les autres.

Merci à Marshall Rosenberg, à Anne Bourrit, à Thomas d’Ansembourg (pour son merveilleux livre « cessez d’être gentil, soyez vrai: être avec les autres en restant soi-même ») pour leur contribution à une meilleure communication avec soi-même et les autres 🙂

Publicités

Read Full Post »